Ode au printemps : un renouveau propice aux changements !

Souhaitons tous la bienvenue au printemps en confectionnant des couronnes de fleurs
Souhaitons tous la bienvenue au printemps en confectionnant des couronnes de fleurs

Chaque année, le cap du 20 mars représente un tournant décisif dans l’existence du commun des mortels. En effet, la population se divise en deux groupes bien distincts : les nostalgiques de la bise hivernale et les fanatiques des rayons estivaux. Appartenant à la seconde catégorie susmentionnée, je ne m’attarderai donc pas sur les différents points positifs que l’on peut avoir à regretter au sujet de l’hiver, au risque de m’attirer les foudres des skieurs ne vivant qu’en attente de la poudreuse, un pied dans la combinaison, l’autre déjà équipé de son après-ski.

"Adieu montagnes et avalanches, nous vous retrouverons bientôt"
« Adieu montagnes et avalanches, nous vous retrouverons bientôt »

En fervente partisane des joies printanières, je vous propose de redécouvrir les aspects fort agréables de cette belle saison.

Liste non exhaustive des petites choses qui font du printemps une saison bien sympathique :

  • Les jours qui rallongent : Dès que Janvier pointe le bout de son nez enneigé, le soulagement se fait grandement ressentir auprès des personnes qui apprécient le fait de ne pas vivre dans l’obscurité permanente telles des ermites des temps modernes. Inutile de se promener dument muni d’une lampe torche voire d’une frontale pour rentrer chez soi sans encombre dépassé dix-sept heures. Le paradis, donc.

    Une soirée hivernale lambda
    Une soirée hivernale lambda

    En effet, à partir de Février, nous pouvons nous considérer définitivement sortis d’affaire. La lumière du jour nous accompagne le matin alors que nous émergeons difficilement de nos couches et nous quitte à une heure de plus en plus raisonnable, cessant d’appliquer le couvre feu réglementaire hivernal.

    Quoi de plus motivant que de se diriger d’un pas guilleret vers notre destination, le ciel bleu au dessus de nos têtes, les rayons de l’astre bienveillant nous indiquant le chemin ?

  • Autre joyeuseté printanière inséparablement liée au rallongement des jours, le chant des oiseaux qui retentit dans nos esgourdes de bon matin.

    Le soleil n’a pas encore achevé de diffuser ses compagnons rayonnants que la symphonie à bec se déploie avec une harmonie, plus ou moins douteuse selon les jours, autour de nos chaumières afin de réveiller le peuple en bonnes et dues formes.

    L’avenir appartenant à ceux qui se lèvent tôt, les professionnels de la vocalise ne lésinent pas sur les différents moyens mis à leur disposition pour parvenir à leur fin et réussir à réveiller l’ensemble de la population avant que le réveil ne sonne.

    Il ne vous reste plus qu’à suivre une formation accélérée en chant forestier à l’instar de Blanche-Neige pour pouvoir les accompagner dans leurs performances vocales. Les plus récalcitrants se contenteront d’un stage afin de devenir aussi performant que Fiona dans l’assassinat de volatiles et ainsi regagner l’espace réconfortant de leur couche douillette en toute tranquillité.

Il fait bon vivre du côté de chez Blanche-Neige et de son compagnon à plumes
Il fait bon vivre du côté de chez Blanche-Neige et de son compagnon à plumes
  • Le retour du ciel bleu : Dans les temps éloignés de l’Antiquité, Apollon l’avait déjà bien compris : rien de plus motivant pour les troupes que d’apercevoir un coin de ciel bleu depuis sa domus romaine. Aussitôt, toute la maisonnée saute dans un bel ensemble dans sa tunique et s’attaque sans plus de cérémonie à sa journée de citoyen, vaquant du forum aux thermes, des temples au marché en sifflotant joyeusement «J’ai du bon poisson dans mon aumônière». Dès que l’éther dépourvu de nuage s’étend au dessus de nos têtes, l’humeur est au beau fixe et les boudeurs et les éternels pessimistes sont relégués au second plan. Inutile de lutter contre l’infini bleutée, l’appel du ciel sera plus fort que les enquiquineurs.

Même les avions ne résistent pas à l'appel des cieux
Même les avions ne résistent pas à l’appel des cieux
  • Les températures clémentes se font plus présentes : Au diable les écharpes, gants, moufles et cache-nez en tout genre, il est temps de reléguer toute la panoplie de survie au fin fond du carton réservé aux vêtements polaires.

    Bien que les matinées soient fraiches, vous pouvez ressortir les blousons en jean, les ballerines, les jupes et les robes sans risquer la pneumonie foudroyante qui vous clouera au lit jusqu’à la fin juillet.

    Un miracle se produit alors : vous redécouvrez l’anatomie de vos congénères émergeant enfin des couches de vêtements superflus, vous réapprenez à tolérer les transports en commun sans votre doudoune suffocante et votre allure de bibendum qui vous empêchait de vous mouvoir avec grâce jusqu’aux portes, sous le regard attentif de l’homme du bus -celui que vous croisez tous les jours mais à qui vous n’avez jamais dit bonjour.

    Le printemps, c’est un peu la redécouverte de la féminité pour beaucoup d’entre nous.

"Depuis la fin de l'hiver, je me suis aperçue que j'étais une femme !"
« Depuis la fin de l’hiver, je me suis aperçue que j’étais une femme ! »
  • La redécouverte de l’extérieur : Pour beaucoup d’individus, hiver rime avec galères, bière, enfer mais surtout pépère. Tout est prétexte à rester tranquillement pelotonner sous un plaid, une tasse de chocolat chaud à la main, à végéter sur le canapé pendant toute la sainte journée. Le dimanche étant par excellence la journée hebdomadaire du Parfait Glandeur qui se respecte, il est totalement hors de question de mettre une pantoufle dehors surtout si le glandeur flaire, grâce à son odorat affuté, les prémices d’une possible chute de neige.

    Cependant, dès que les premiers rayons du soleil viennent réveiller le glandeur, les excuses hivernales pour ne pas quitter le domicile sont réduites à néant et il se voit trainé de force par sa famille/l’élu de son cœur/ses amis en terrain inconnu. Après maintes manifestations de son mécontentement, le glandeur finira par se prélasser au soleil tel le bien heureux, le visage tendu vers l’astre, un sourire béat lui barrant le visage.

    Quant à ceux qui trépignaient d’impatience à l’idée de reprendre les ballades en plein air, ils peuvent ressortir avec délectation leur crème solaire et l’anti-moustique et chausser leur plus belles baskets pour fouler de leurs pieds véloces de nouveaux coins de paradis.

Elisabeth, chef de file des "Randonneurs Anonymes" marche avec une vigueur sans précédent sous un soleil de plomb qui lui garantira à coup sûr de biens beaux coups de soleil
Elisabeth, chef de file des « Randonneurs Anonymes » marche avec une vigueur sans précédent sous un soleil de plomb qui lui garantira à coup sûr de bien beaux coups de soleil
  • L’occasion de reprendre un mode de vie «normal» : Finies les fondues savoyardes et les raclettes, il est temps d’arpenter les marchés en quête de légumes et de fruits de saison afin de colorer un peu nos assiettes !

    Terminées les grasses matinées interminables où le simple fait de poser un orteil sur le carrelage froid en décourageait plus d’un de se rendre faire la petite commission avant de replonger dans les bras de Morphée. On se remue, on émerge de l’étreinte possessive du Marchand de Sable et on rabat sa couette avec gaieté et motivation, prêts à attaquer une nouvelle journée.

    Le printemps offre également une occasion de reprendre le sport pour ceux qui auraient un peu mis de côté ce léger détail durant les longs mois d’hibernation.

  • Le rangement, c’est maintenant ! : Pourquoi ne pas profiter des beaux jours pour opérer un grand nettoyage bénéfique ? On s’arme d’un grand sac poubelle et on relègue au statut d’ordure toutes les petites choses inutiles qu’on a pu amasser dans notre taverne pendant l’hiver. Direction la poubelle papiers, miettes de sablés pur beurre, l’invitation de Jean-Michel à sa méga raclette party, collants filés qui agonissent dans un recoin sombre, place à la propreté !

    Dites oui à Handy et relevez le défi !
    Dites oui à Handy et relevez le défi !

    On n’hésite pas à s’attaquer à notre garde-robe afin de ranger les vêtements de l’ère glacière dans un carton prévu à cet effet. Le résultat est bluffant : après trois heures de ménage, votre tanière malodorante a repris l’aspect d’une chambre à coucher !

  • Changement de déco pour un peu de renouveau : Il est grand temps de débarrasser votre intérieur des dernières preuves du passage de l’hiver : on descend à la cave tout ce qui nous rappelle de près ou de loin les feux de cheminée, la bûche de tante Maggie, la barbe qui gratte de l’oncle Pierrot et on mise sur les couleurs pour redonner un peu de joie de vivre à notre logis.

    De jolies bougies, deux doigts de créativité et une petite touche de folie feront de votre chaumière un lieu où il fait bon vivre quelque soit la saison.

Méfiez-vous de Valérie, elle n'hésitera pas à employer les grands moyens
Méfiez-vous de Valérie, elle n’hésitera pas à employer les grands moyens
  • Et pour finir en beauté, un festival de petites choses printanières qui mettent de bonne humeur :

    *Pouvoir ressortir ses lunettes de soleil dès que les rayons se font un peu lumineux pour nos pauvres rétines qui étaient jusqu’alors habituée aux mornes matins de grisaille.

    *Rentrer à pied du boulot/lycée/gare routière/rendez-vous chez le banquier par plaisir et non pas parce qu’on a raté le bus et qu’il faut attendre une demi heure avant que le suivant ne nous aveugle de ses phares.

    *Pouvoir manger à l’extérieur ou prendre un café sans se geler la couenne sur une chaise glaciale en priant pour ne pas perdre nos doigts et ne pas attraper une angine blanche carabinée.

    *Sortir vers dix-huit heures et humer le parfum de l’été en s’émerveillant comme un enfant devant ce miracle que l’on avait pas vu venir.

    *Commencer à faire des plans sur la comète avec les amis pour savoir qui apportera quoi lors dès soirées apéros/barbecues/«Un dîner presque parfait» dès que Pierre-Henri se sera décidé à passer la tondeuse.

    *Repérer des maillots de bains, des jupes, des robes et toute la panoplie afin de parader joyeusement sur les promenades en bord de mer et être la plus belle pour aller danser au bal annuel organisé début juillet dans le patelin du coin lors du «Festival de la Langouste».

    *Déguster de bons chocolats pour Pâques et organiser un concours pour désigner qui a reçu la plus belle poule.

    *S’émerveiller devant la beauté des couchers de soleil en pensant aux vacances d’été qui approchent.

Et vous, quels sont vos petits plaisirs printaniers ?

Bises ensoleillées,

Alexia

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s