Bien bronzer, c’est le début du bonheur !

« La vie est siiii belle et si siiiimple »

Trêve de propos futiles et plongeons (avec cette chaleur !) sans plus de cérémonie dans le vif du sujet ! Juillet ayant pointé le bout de son petit nez brillant, il est temps d’activer le mode «Vamos a la playa !» pour la plupart des chanceux qui ne travaillent pas durement en trépignant dans leurs sandales Birkenstocks.

Si vacances riment avec plaisance, luisance et endurance, elles induisent également le passage plus ou moins éprouvant du maillot de bain, l’accessoire phare des baignades en milieu salé ou chloré. Pour parader en toute aisance sur le sable chaud ou les dalles humides de la piscine municipale, la demoiselle moderne ne conçoit pas d’arborer son costume de bain sans un minimum de préparation. Vous me voyez surement venir avec mes grosses claquettes antidérapantes : le principal atout de l’été est sans aucun doute le bonzage ! Qu’il soit naturel ou artificiel, le revêtement épidermique est sans conteste l’habit le plus porté durant les saisons chaudes.

C'est bien connu, le bronzage apporte l'amour et la beauté !
C’est bien connu, le bronzage apporte l’amour et la beauté !

Afin de ne pas finir rouge comme un coquelicot fané au bord d’une route de campagne dès le premier jour de vacances, je vous livre aujourd’hui mes petits conseils pour vous revêtir d’un délicat voile doré sans y laisser votre peau – #c’étaitMonsieurJeuxDeMots.

Disclaimer : Je ne suis point dermatologue et encore moins membre du club très sélect des «tannés de la tête au pied». En ce sens, je ne suis pas ici pour faire l’apologie du bronzage car rappelons tout de même que c’est une maladie de peau ! A bon lecteur averti, mes plus sincères courbettes en robe de plage.

Les dix commandements du bronzé :

A vous de choisir votre team !
A vous de choisir votre team ! (petite préférence pour le ski nautique avec son merveilleux corsage intégré :p)
  • Du bêta carotène, tu mangeras :

Mais qu’est-ce donc que ce nom barbare ? Inutile de vous sauvez à la lecture de ce nom, cette petite bête deviendra votre alliée durant les mois d’été !

Sous ce nom des plus sympathiques se cache une molécule dérivée de la vitamine A qui a pour but d’accélérer la production de mélanine, molécule responsable du bronzage. Grâce à celle-ci, votre peau se teintera plus facilement.

Où la trouver ? : Dans les légumes (carottes, chou, épinard, tomate) et les fruits (abricots principalement) mais également dans des compléments alimentaires tel que la spiruline (algue bleu-verte) ou dans des gellules spécifiques que vous pouvez trouver en parapharmacie

Les copains de vacances
Les copains de vacances
  • Ton organisme, tu prépareras :

De plus en plus de dermatologues le conseillent : rien de tel qu’une petite cure de gélules spécifiques pour préparer la peau aux expositions solaires ! Cela est d’autant plus important si vous avez une peau fragile qui est sujette aux coups de soleil ou si vous souffrez facilement d’allergie solaire. Grâce à ces compléments, votre peau ne se retrouve pas complétement démunie dès la première exposition et conservera plus longtemps son hâle doré.

  • Ta peau, tu contrôleras :

Pas question de s’exposer sous les rayons sans un minimum de précaution ! Il est très fortement déconseillé (voire interdit) de se faire bronzer juste après une épilation car la chaleur et le soleil sont des facteurs favorables à la formation de petites pustules ou rougeurs peu ragoutantes. Qui a envie de se retrouver affublé de boutons vénéneux pour aller à la plage ?

De même, pensez à bien protéger vos grains de beauté ainsi qu’à les faire contrôler régulièrement chez le dermatologues afin de prévenir d’éventuels tumeurs malignes -ou comment cassez l’ambiance.

melanoma skin cancer on woman arm with sun in the background
Le danger est palpable !

Au chapitre boutons, il est nécessaire de protéger votre peau si l’acné a planté sa tente sur votre emplacement épidermique. Cicatrices, comédons, on ne lésine pas sur la crème solaire !

  • Tes cheveux, tu protégeras :

On oublie bien souvent notre tignasse dès qu’il s’agit d’aller à la plage, or, tout comme notre peau, les cheveux ne sont pas épargnés par les rayons de l’astre de la Joie. Il est conseillé de les protéger afin qu’ils ne se transforment pas en crin de cheval d’ici la fin du séjour et qu’un jeune homme d’une politesse sans faille ne les confonde avec une botte de paille !

Cheveux en phase terminale après exposition au soleil pendant deux mois
Cheveux en phase terminale après exposition au soleil pendant deux mois

Il existe de nombreux produits pour éviter à vos cheveux de sentir le roussis : spay protecteur, huiles (sésame, macadamia, jojoba), gelée… à vous de choisir ! J’ai eu l’occasion de tester le spay protecteur de chez Phyto durant ma petite semaine de vacances les pieds dans l’eau et j’en suis plutôt satisfaite. N’hésitez pas à me dire si une revue vous intéresserait.

  • Du moindre rayon, tu profiteras :

Il faut tous les capturer !
Il faut tous les capturer !

Afin de ne pas cramer telle une sardine sur les grilles d’un barbecue, il est indispensable de s’exposer progressivement grâce à la méthode «tombez la chemise(tte) !» testée et appliquée par mes soins chaque année.

Je m’explique : dès que le soleil pointe le bout de son nez, sortez le short et le tee-shirt afin que votre peau se teinte légèrement. Les meilleures occasions pour appliquer cette technique restent les ballades, les sessions jardinages, les promenades du chien et j’en passe. Cette tactique de génie vous évitera de débarquer blanche comme un filet de cabillaud sur la plage.

  • L’indice dégressif, tu adopteras :

Ça y est, vous y êtes : tranquillement échouée sur votre serviette de plage, vous offrez votre couenne aux rayons sans retenue, les doigts de pieds enfoncés dans le sable brulant. Les premiers jours d’exposition, l’indice 50 sera l’ami des peaux claires, sensibles, irritée. Les heureux propriétaires d’une peau normale pourront débuter directement avec un indice 30, ce qui leur permettra de prendre rapidement des couleurs sans risques. Au fur et à mesure des jours, vous pouvez passer à un indice moins élevé.

  • La technique de la crêpe, tu appliqueras :

Et que ça saute !
Et que ça saute !

Rien de plus laid que de se retrouver avec un mono bronzage ! Pour éviter de ressembler à une créature hybride dorée sur la face et pâle sur l’arrière il est nécessaire de se tourner régulièrement telle la crêpe – ou le pancake pour ces messieurs – afin de bronzer uniformément.

Le plus simple est encore de s’armer d’une montre, d’un bouquin, ou de sa playlist préférée pour donner un peu de timing à l’affaire. Je déconseille l’option «appel à un ami» car il y a une chance sur trois pour que ledit compagnon sombre dans les bras de Morphée des Sables une fois confortablement installé sur sa couche de fortune. Le risque est élevé de se réveiller avec le syndrome écrevisse déployé sur le côté pile ou face de son anatomie.

  • Les horaires, tu contrôleras :

Inutile de s’exposer à l’heure des Grillons (aka l’heure des kékés, c’est à dire entre midi et demi et 14h30) à moins de vouloir finir aux urgences dès le premier soir ! La couenne mutilée et rougeoyante n’est pas une partie de plaisir, autant sur le plan esthétique que douloureux, vous en conviendrez.

Epiderme masculin en souffrance
Epiderme masculin en souffrance

Plutôt que de finir carbonisé par les coups de soleil et de devoir placer toutes ses économies dans un stock de Biafine, le Graal des Grands Brulés, il est de bon ton de commencer doucement en dévoilant son épiderme aux heures douces, surtout quand le soleil a décidé de se la jouer Fournaise Caniculaire.

Après, si vous appréciez le total look écrevisse ébouillantée dans une marmite de persil et d’ail, libre à vous.

  • Tes yeux, tu ne négligeras point :

Que celui ou celle qui se dirige d’un pas guilleret sur la route de la crame sans lunettes de soleil, recule d’un pas ! Il n’est pas envisageable de s’exposer sans être muni de verres protecteurs, encore moins à la plage où les rayons sont encore plus dangereux. Inutile d’investir dans des verres de compétition à vision infrarouge ou que sais-je, néanmoins les lunettes vendues sur les marchés sont à éviter.

Le choix d'une vie !
Le choix d’une vie !

Personne ne souhaite se retrouver avec des trous fumants à la place des mirettes.

  • Ta peau, tu chouchouteras :

Ce n’est pas parce qu’on est en vacances qu’il faut faire l’impasse sur les soins, encore moins lorsque la température extérieure avoisine celle du Tartare.

On hydrate copieusement son body à grand renfort de crèmes anti sécheresse, on gomme régulièrement pour ne pas se retrouver avec des marques de bronzage ou avec la peau qui se désagrège dans une imitation parfaite des tickets à gratter.

On ne néglige pas les panards qui dégustent particulièrement l’été : on rappe les peaux mortes, on hydrate… Bref, on ne reste pas avec une semelle intégrée digne de Dédé le fermier !

Certains préfèrent cacher les immondices sous une couche de sable #stratagèmedecrados
Certains préfèrent cacher les immondices sous une couche de sable #stratagèmedecrados

Une tripotée de petits conseils à la pelle :

    • On évite d’exposer une peau acnéique en plein cagne sans protection. En effet, le soleil, ce bougre, a une double personnalité : d’abord bien sympa, il donne l’impression de faire sécher les boutons pour mieux tromper sa proie ravagée par les Léons le Comédon. Une fois la victime bien amadouée, Corneille le Soleil tourne son maillot de bain une pièce et, pas égoïste, fait profiter le converti de l’envers du décor en lui fournissant un pass back-stage de premier choix : non pas un week-end sur une plage de sable fin mention «cocotiers et ukulélé» mais une poussée de boutons purulents digne de l’éruption du Vésuve. Ambiance pour la rentrée.

      Pour éviter ce genre de situation à haut potentiel agréable, il existe de nombreuses crèmes solaires spécialisées pour les peaux dotées de l’option «chtars, poins noirs et comédons». J’en ai testé deux : une de chez Uriage que je n’ai pas aimé (texture grasse pour une peau acnéique… Pertinent !) et une de chez Vichy qui a un fini mat fort agréable lorsque l’on a tendance à suer comme un buffle des pâturages normands dès qu’un rayon profile à l’horizon.

L'Indispensable !
L’Indispensable !
    • Le makeup combiné à l’eau de mer est à éviter, surtout si la peau à tendance à se venger dès qu’elle flaire une agression. Le fond de teint cache misère n’est pas la solution : vos pores vont étouffer sous la couche et, mêlés à la sueur, au soleil et au sel, vous le feront payer gentiment avec une réaction de leur choix.

    • Si vous êtes sujettes à l’allergie solaire, pensez à vous rincer juste après la baignade si vous le pouvez, cela limite vraiment les dégâts – parole d’une victime. Il existe des lingettes spéciales pour retirer le chlore, le sel and co (Big Up à ma petite Lauren si tu passes par là !), elles peuvent se révéler très utiles, voire vitales, en cas d’urgence.

Le Graal des Peaux Pénibles
Le Graal des Peaux Pénibles
    • Si vous sentez votre peau se teinter d’un magnifique voile rouge, ne restez pas l’épiderme à l’air. Protéger la zone avec un vêtement et ne vous acharnez pas à bronzer à tout prix, c’est le meilleur moyen de se retrouver complétement cramé et de ne plus pouvoir s’exposer. Combo gagnant pour des vacances sympas.

    • Ne pas mettre de crème solaire ne vous fera pas bronzer plus vite. Cela suffira juste à attaquer votre capital solaire, malin.

    • On évite de se tartiner de graisse à traitre – le grand délire des Hollandais – ou d’huile bronzante sans SPF, c’est le meilleur moyen de cuire telle une sardine abandonnée sur le barbecue lors de l’apéro de bienvenue au camping.

    • Quoi de plus aguicheur que des traces de maillot pour emballer du gus au cours d’un Madison endiablé ?

      Les doubles traces = 2 fois plus de chance de charmer le gus !
      Les doubles traces = 2 fois plus de chance de charmer le gus !

      Les traces de bronzage peuvent être masquées de manière éphémère si vous ne voulez pas débarquer au Bal de Palavas les Flots dument munie des bretelles fantômes de votre maillot deux pièces. Il existe des correcteurs format maxi pour cacher la misère au mieux. Il y en a notamment chez Etam, à tester.

L'objet des convoitises
L’objet des convoitises
    • On se protège avant la baignade, hors de question de faire l’impasse sur le diffuseur d’SPF sous prétexte qu’on va dans l’eau ! C’est bien connu du grand public, l’individu lambda bronze davantage en immersion salée ou chlorée. Pour preuve, reluquez un peu les bambins qui sont complétement dorés à force de passer leur temps à barboter/construire des châteaux de sable/sauter dans les vagues/ se noyer en voulant suivre les grands -rayer la mention inutile.

    • L’été, transformez vous en citerne – et non pas en citrouille, je vous vois venir, petits plaisantins. On s’hydrate à n’importe quelle heure du jour ou de la nuit, on boit à grandes goulées, sans retenue, même devant Brice, le beau sauveteur des plages qui semble être né pour vivre sur un banc de sable, les cheveux au vent blondis par le soleil.

      Volvic, Mont-Roucou, eau du robinet, qu’importe, on dégaine sa bouteille avec un geste leste du poignet tel Bertrand, le champion du tournoi de raquettes de plage qui remporte le titre chaque été.

    • On n’hésite pas à investir dans un couvre chef paillé, l’allié indispensable des ballades estivales réussies.

      Plutôt pas mal celui là, non ?
      Plutôt pas mal celui là, non ?

      Atout majeur sur la playa lorsque le parasol a été volontairement  oublié et que le moindre coin d’ombre est aussi rare qu’une oasis dans le Sahara. Conserver la tête au frais, ça n’a pas de prix. «Et si j’ai pas une tête à chapeau ?» s’indignera la petite teigne dans le fond. A cette remarque je répondrais qu’il vaut mieux avoir la pastèque engoncée dans un panama ou autre sombrero qui ne vous sied pas plutôt que de passer une nuit aux urgences à cause d’une insolation à grelotter comme un perdu pendant que vos potos s’éclatent à la soirée karaoké. Question de priorité.

    • Le gel d’aloé vera soulage pas mal en cas de petits coups de chaud. Bien frais après un petit séjour au frigo, il saura se faire apprécier, même chez les plus récalcitrants. Pépé Pierrot qui ne jure pourtant que par la douleur pure et dure, bande de chochottes ! sera le premier à réclamer son tartinage post playa.

Même les vieux en redemandent !
Même les vieux en redemandent !

Le tour de la question bronzage ayant été abordée sous tous les angles, il est temps pour moi de vous souhaiter une bonne bronzette estivale dans la prudence et la bonne humeur. J’espère que cet article vous aura plus, n’hésitez pas à communiquer vos petites astuces bronzantes en commentaire.

Bises à l’SPF 30,

Alexia

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s